Mal de dos : intérêt de la microthérapie

> Une atteinte intervertébrale

un atteinte intervertebrale


Une atteinte essentiellement liée au vieillissement

Le mal de dos a plusieurs origines. Les disques intervertébraux qui servent d’amortisseurs au niveau du rachis se fragilisent au cours du temps et leur détérioration peut être accélérée par des traumatismes ou la sédentarité. Ils peuvent être responsables de plusieurs pathologies et constituent une cause fréquente du mal de dos. La hernie discale est la plus connue. Il s’agit de la compression d’une racine nerveuse liée au déplacement d’un disque. Elle se traduit par une douleur irradiante dans jambe quand la hernie est lombaire ou dans le bras quand sa localisation est cervicale. L’arthrose des articulaires postérieures est une dégénérescence des articulations qui unissent une vertèbre à une autre peut aussi causer des douleurs locales ou irradiantes. D’autre part et en dehors de la compression mécanique, l’inflammation est un processus important dans la genèse des douleurs et doit faire l’objet d’une prise en charge spécifique.

> Une plainte fréquente

une plainte frequente

une plainte frequente

Lombalgies, sciatiques, dorsalgies et cervicalgies constituent une de nos plaintes les plus fréquentes. Elles sont la cause d’une consultation sur 5 aux Etats Unis et près de 90 % des adultes feront l’expérience d’une douleur sous une forme ou une autre au cours de leur vie. La douleur peut être ponctuelle et passagère mais dans près de 20 % des cas, la douleur va persister plus de 8 semaines et devenir chronique. 50 % des adultes en âge de travailler ont mal au moins une fois par an3.

> Des répercussions importantes

repercussions importantes

repercussions importantes

Ces douleurs chroniques ont des répercussions socio-économiques très importantes. Par exemple en Allemagne, plus de 30 millions de jours d’arrêts de travail sont dus au mal de dos avec un coût annuel de 49 Milliard d’Euro4. Ces chiffres sont très certainement transposables en France comme dans de nombreux pays. Paradoxalement l’expérience clinique nous enseigne que le mal de dos n’est pas toujours traité de façon adéquate.

> Intérêt d’une prise en charge pluridisciplinaire

prise en charge transdiciplinaire

Une prise en charge pluri-disciplinaire pour une approche globale et individualisée

Ces observations, nous renforcent dans notre volonté de réunir des compétences multi-disciplinaires autour des patients et offrir des techniques de soins validées et efficaces, afin de prendre en charge cette pathologie dans les meilleures conditions. Au cours des 10 dernières années, les techniques de traitement ont évolué et en particulier, les techniques d’infiltration sous guidance radiologiques (microthérapie) ont démontré leur efficacité dans le traitement des douleurs du dos (du rachis cervical au rachis lombaire) dans de nombreuses publications5. Des sociétés savantes incluent aujourd’hui dans leurs guidelines des évaluations de ces pratiques dans le management des douleurs chroniques du dos6. L’association de techniques de prise en charge conservatrices: traitement médicamenteux, rééducation (kinésithérapie, ostéopathie), prise en charge psychologique et microthérapie permettent d’éviter des gestes plus lourds qui doivent être réservés à des indications bien définies.

> Autres indications de la microthérapie

références

références

L’intérêts des traitements sous guidance radiologique (scanner, radio, échographie) est large et permet de soulager et de traiter différentes pathologies de l’appareil locomoteur par exemple :
Traitement de l’arthrose de la hanche, genou et épaule (visco-supplémentation par injection de dérivés d’acide hyaluronique)
Capsulite rétractile, tendinopathie calcifiante et autres tendinites de l’épaule
Traitement des petites articulations (pieds et mains)
Infiltration du canal d’Alcoock (canal du nerf pudental) et des tendinopathies d’insertion des ischio-jambiers et des fessiers
Traitement des coccygodynies…

    Références :

  1. Lühmann, D., Kohlmann, T., Raspe, H. (1998). Die Evaluation von Rückenschulprogrammen als medizinische Technologie. HTA Bericht. DIMDI
  2. Telefonischer Gesundheitssurvey 2003, RKI
  3. A.T. Patel, A.A. Ogle. « Diagnosis and Management of Acute Back Pain » American Academy of Family Physicians. Retrieved March 12, 2007.
  4. Wenig, C.M., Schmidt, C.O., Kohlmann, T., Schweikert, B. (2008). Costs of back pain in Germany. European Journal of Pain 13: 280-286
  5. Manchikanti et al. ASIPP – IPM Guidelines; Comprehensive Evidence-Based Guidelines for Interventional Techniques in the Management of Chronic Spinal Pain. Pain Physician 2009; 12:699-802
  6. http://www.guidelines.gov/content.aspx?id=15136